Comment fabriquer son compost ?

  • par

Fabriquer son compost soit même n’est pas compliqué, mais cela doit tout de même obéir à quelques règles simples. Qui, si elles sont respectées vous donneront un amendement sans mauvaises odeurs. Car c’est souvent ce que l’on reproche au compostage : les mauvaises odeurs. Mais sachez que si votre compost pue, c’est parce que vous n’avez pas respecté les règles de base. Explications.

Le bac à compost

Il doit être bien aéré, il peut être en plastique ou en bois (non traité bien sûr). Vous pouvez aussi fabriquer votre bac à compost. Il doit être installé dans un endroit ombragé sinon les matières qu’il contient auront tendance à sécher. Il doit être muni d’un couvercle, pour éviter le dessèchement en surface ou d’être saturé en eau en cas de pluie. Il ne doit pas avoir de fond, le contact avec le sol est essentiel ainsi les vers de terres ne manqueront pas de s’y installer et de participer activement à la décomposition des matières.

Certains composteur sont équipés d’une trappe en bas permettant de se servir en compost mur. Théoriquement l’idée est bonne mais pratiquement, vous constaterez vous même qu’il est très compliqué de s’en servir de cette manière.

Que peut-on y mettre ?

Voici la liste des matières pouvant être intégrés au compost :

  • Les déchets de cuisine et relief de repas : Épluchures et restes de légumes et fruits, les coquilles d’œufs, le marc de café, les sachets de thé. Ne pas y incorporer les os, les restes de viande, de poisson ou de fromages. Nous vous conseillons d’éviter d’y mettre les feuilles de chou cru ainsi que les peaux d’agrumes.
  • Les mauvaises herbes sauf si elles sont porteuses de graines ou trop ligneuses.
  • Les feuilles mortes.
  • Les branches broyées.
  • La tonte de pelouse sèchée.

Comment faire ?

compost

Nous venons de vous donner une liste d’ingrédients. Mais il faut savoir que plus ils sont variées et plus le compost sera de bonne qualité. De plus l’entassement des déchets doit répondre à une règle de base, l’équilibre entre matières sèches et matières humides. On appelle matière sèche celle qui sont riches en carbone, (broyat de branches, feuilles mortes, la paille). Sont considérées comme matière humide les épluchures, la tonte de pelouse fraiche, les adventices.

La règle de base consiste à alterner des couches de matières sèches et des couches de matière humide. Par exemple, à chaque fois que vous mettez des épluchures, vous les recouvrez de feuilles sèche. La proportion à respecter est de 30 à 50% de matière sèche pour 50 à 70% de matières humides.

Vous devez surveiller le tas de temps en temps, si vous constatez qu’il est trop sec, n’hésitez pas à l’humidifier. Remuer le tas de temps en temps.

Quelques conseils

  • N’y incorporez pas de feuilles de résineux, aiguille de pins ou autres car elles sont beaucoup trop acide. Évitez aussi les feuilles de persistant trop épaisse (noyer, marronnier, platanes et autres).
  • Attention à la tonte de gazon fraiche, il ne faut en mettre que de mince couche de temps en temps, car il a tendance à chauffer et pourrir rapidement.
  • Il est beaucoup plus intéressant de laisser la tonte de gazon sécher au soleil, pour l’utiliser ensuite comme matière sèche.
  • Les matière humide sont produites régulièrement, alors que les matières sèches nous arrivent par à coup (feuilles en automne). Par conséquent il est judicieux de stocker ces dernières près du bac à compost afin d’en intégrer un peu à chaque apport de matière humide.
  • Important : Les feuilles se décomposent lentement. Il est donc judicieux de passer la tondeuses sur les feuilles avant de les stocker. Une fois broyées, elles se décomposeront plus vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *